dimanche 31 décembre 2017

Les Diagonales souhaitent une bonne année 2018 à ses lecteurs


L'année 2017 qui s'achève, a été compliquée pour les Diagonales qui ont été forcées de changer d'adresse suite à la censure de son ancien hébergeur. Heureusement grâce à des lecteurs dévoués, qu'ils soient encore une fois remerciés j'ai pu récupérer une très grande partie des billets publiés à l'ancienne adresse. Ce qui ne m'a pas empêché d'éditer de nombreuses nouveautés. Cette restauration, très avancée, se terminera au début 2018. Le blog ensuite reprendra sa vitesse de croisière.
Je vous remercie de votre fidélité. J'aimerais juste que vous soyez à l'avenir moins timide en ce qui concerne les commentaires.
Pour les étrennes du tenancier, en espèce, à mettre sous le sapin à coté de Cannelle, c'est du coté de Paypal, service que je remercie pour son efficacité, pour les dons en "nature", façon belles images, c'est par l'intermédiaire de mon adresse e-mail (bernar.a@orange.fr) et pour vos avis variés postez les dans les commentaires.

Cannelle sous le sapin, décembre 2017



Pierre Troubetskoy


chats peints












Herbert List - Romania, Dolj County, 1938








Ethel Porter Bailey


Ben Waters photographié par Cecilie Harris





Vlastimil Hofman


André-César VERMARE 1869-1949 - Giotto enfant


Albert Anker












samedi 30 décembre 2017

Frédéric Leighton, Paolo


Philip Gladstone


Nikko (1)


Le Pont Shinkyo ou « Pont Sacré » passe au dessus de la rivière Daiya



Nikko (littéralement "la lumière du soleil") est une petite ville de 90.000 habitants, située à 150 kilomètres au nord de Tokyo (à environ 2h de train depuis Tokyo), dans la préfecture de Tochigi. Elle est très réputée pour la beauté naturelle de ses paysages montagneux, l'architecture de ses temples et sanctuaires dont certains sont classés au Patrimoine mondial de l'Unesco. Le site est magnifique et les sculptures des temples sont les plus remarquables que l'on puisse voir au japon. Petit avertissement tout de même ces sublimes constructions s'étagent au flanc d'une colline et pour les voir il ne faut pas rechigner à gravir moult marches.


Statue de Shōdō Shōnin devant le Rinnō-ji.

Au début l'ère Tenpyō-jingo (765-767), sous le règne de l'impératrice Shōtoku installée à Heijō-kyōShōdō Shōnin (735-817), un moine bouddhiste formé à l'école Kegon et adepte du Shugendō, explore le nord-est de l'ancienne province de Shimotsukedont il est originaire. Il est attiré par le mont Nantai qui lui évoque Fudaraku-san, la demeure mythique de Kannon, déesse bouddhique de la miséricorde. En 766, il fonde le temple Honryū (l'actuel Rinnō-ji), au pied du mont Nantai, près de la rivière Daiya. Un an plus tard, il fonde le sanctuaire Futarasan à environ 600 m au nord-ouest du Honryū-ji. En 782, sa troisième tentative d'ascension du mont Nantai est un succès. Il fait construire près du sommet de la montagne un sanctuaire auxiliairedu Futarasan-jinja et, en 784, le temple Chūzen sur la rive est du lac Chūzenji.


Le Toshogu est un sanctuaire immense situé dans le parc national de Nikko. Le complexe est à la fois shinto et bouddhiste. Il s'organise autour du mausolée du chef militaire Tokugawa Ieyasu.  Ce seigneur de la guerre réussi à unifier le pays et fut le premier à établir le shogunat qui régna pendant 250 ans dans l'archipel jusqu'à la fin de la période féodale et de la Restauration Meiji. Le lieu a été développé graduellement autour de ce mausolée par son fils Hidetada dans la première moitié du XVIIè siècle, puis agrandi par son petit-fils Iemitsu. 





la pagode à cinq étages (Gojunoto), construite en 1648




un escalier mène à une seconde cour, au centre de la photo la tour du tambour




Les écuries aux singes. Les sculptures des singes en différentes positions sont l'oeuvre de Hidari Jingoro. A l'origine de ces sculptures, c'est le thème d'un conte d'origine chinoise : "ne pas voir, ne pas entendre et ne pas parler".  Il remonte au VIIIéme siècle.


















En face des écuries (le bâtiment aux singes) se trouve trois entrepots sacrés. Sur le fronton de l'un d'eux on voit deux éléphants sculptés. Ils ont été réalisés par Kano Tanyu. L'artiste les a imaginé après avoir lu des écrits sur ces animaux mais sans en avoir jamais vu.

Nikko, avril 2017