jeudi 5 juillet 2018

des intellectuels vaniteux



Pour moi (…) les événements de 1789 représentent une perpétuelle illusion de la politique. La Révolution était une tentative utopique de renverser l’ordre traditionnel – qui avait certainement beaucoup d’imperfections – au nom d’idées abstraites, formulées par des intellectuels vaniteux.

Margaret Thatcher

5 commentaires:

  1. Oui, c'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons la République et qu'ils ont toujours la monarchie, ce qui prouve bien qu'il s'agissait juste, après tout, d'une simple '' tentative utopique ''. Mais qu'est ce qu'une '' tentative utopique '' au juste ? La tentative étant la pratique et l'utopie, la théorie, il est impossible de concilier l'un et l'autre. En effet, qu'on le veuille ou non, un acte demeure un acte. Le concret demeure concret et l'abstrait demeure abstrait. Thatcher insinue que la Révolution, dans le cas de la France, n'a servi à rien. Elle se trompe lourdement. La République n'est pas née d'une cigogne. Il aura fallu qu'elle prenne toute sa forme dans les mentalités du petit peuple avec un événement d'une telle ampleur et que, de théorie, elle devienne instantanément pratique. Cette remarque ne fait donc que démontrer la stupidité de Thatcher et le goût perfide des Anglais à renier nos valeurs d'un revers de main. Ils désacralisent notre Révolution comme ils méprisent de Gaulle. Ce sont de sinistres crétins empêtrés dans leurs traditions, qui font plus office de vieilleries, et ne font rien pour s'en débarrasser. Il est donc normal que la pratique les effraie et qu'ils jalousent l'initiative extraordinaire prise par notre peuple il y plus de deux siècles. Et que dire des '' intellectuels vaniteux '' ? Ce sont les philosophes des Lumières, ni plus ni moins, qui volent en éclat, macérés par la langue tortueuse d'une vipère dédaigneuse. Je suis persuadé que cette femme aurait été sublime...au bout d'une pique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant commentaire d'autant qu'il est bien troussé. Certes la vanité n'est pas l'apanage des français, il demeure en ce qui me concerne que je considère la Révolution française comme une catastrophe pour la France et même pour l'Europe, l'Amérique, elle ne s'en ai assez bien inspirée en la mâtinant de droit romain. Je ne crois pas que la dame de fer suggère que la révolution n'a servi à rien. Ce qu'elle fustige c'est le désir utopique d'instaurer un homme nouveau. Cette illusion a été mère des tyrannies du XX ème siècle dont le régime de Robespierre a été le précurseur. Je ne crois pas que François Furet m'aurait contredit. Il est bien certain que, comme vous le dites assez drôlement la Révolution n'est pas née d'une cigogne. Elle vient de loin à commencer par l'absolutisme ruineux de Louis XIV, sans parler du mauvais prince que fut Louis XV, arrivé au pouvoir assez fortuitement en raison de l'hécatombe de la famille royale, sans parler de l'occasion manquée de la régence.
      Petites remarques, il ne faut pas être piégé par les mots. La monarchie britannique n'a que peu de rapports avec ce qu'était celle de la France en 1789, tout comme la république romaine n'a pas grand chose à voir avec notre V ème république. Le même mot, hélas peut recouvrir des concepts différents.
      Enfin si votre chute est brillante dans son humour noir une tête au bout d'une pique n'est jamais sublime, elle n'est qu'horrible et cette pratique, qui vient de Sylla, n'est que barbare.

      Supprimer
  2. Brave homme, vous considérez la Révolution comme une '' catastrophe ''pour la France et l'Europe. Mais il n'en est rien. La catastrophe, c'est assurément tous les dégâts engendrés par la monarchie sur plusieurs siècles et ce en raison de la négligence totale de nos souverains, davantage préoccupés par leurs guerres et leurs maitresses. La situation ne fit qu'empirer avec l'édification du château de Versailles, véritable bulle à l'écart du monde. De ce sinistre point de vue, on peut légitimement louer l'utilité de la Révolution qui fut sanglante, certes, mais uniquement sur une décennie. Un espèce de grand '' nettoyage '' si vous préférez. Les monarchies post-révolution, totalement décrédibilisées par cet événement, ne devaient plus faire long feu au XIXe siècle. Les Français savaient effectivement qu'ils étaient désormais capables de dire '' non ''.
    L'animosité des Anglais vient exclusivement du fait qu'ils ont un respect profond de leur monarchie. Il parait inconcevable pour eux de décapiter son souverain ! La cruauté de Cromwell à l'égard de ce malheureux Charles Ier n'est donc qu'un rude et lointain mauvais souvenir qu'ils se sont empressés de corriger. Et aujourd'hui, fier du rôle décoratif tenue par leur monarchie, ils se plaisent à observer le mariage extrêmement couteux d'un prince turbulent et d'une fausse princesse. Ces singeries leur plaisent. Enfin, contrairement à nous, ils n'ont pas eu l'impudence de désacraliser vulgairement un lieu de pouvoir en y faisant danser des pantins, à mi-chemin entre des pédés langoureux et des travelos obscènes, sur de la musique indigeste.
    Les hommes sont des enfants cruels. Ils ont besoin d'essayer et de croire en l'utopie pour finalement réaliser, après maints massacres, qu'elle est vaine. Les Russes ont voulus nous imiter en 1917 et ont hélas signés leur arrêt de mort. On sait bien pourquoi... Sur ce, brave homme, je dois vous laisser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je maintiens que la Révolution fut une calamité comme toutes les révolution. Le bien est dans l'évolution dans le réformisme prudent et patient. C'est certes moins flamboyant que le prétendument nettoyage mais on devrait toujours se rappeler combien les utopies de la table rase ont coûté à l'humanité. Vous avez raison, hélas, l'homme a besoin de croire en des utopies comme ils ont besoin de rites qu'ils soent royaux républicains ou autre, les régime communistes n'ont pas banni les fastes de leurs pouvoir pas plus que le nazisme, fastes qui avaient éblouis en leurs temps un Robert Brasillach. Les anglais ont beaucoup plus mal traité leurs rois que l'ont fait les français. Voir les tragédies historiques du grand Shakespeare. S'il n'ont décapité qu'un seul roi, ils en ont acculé à la mort plusieurs.
      Quant à la construction de Versailles elle avait essentiellement pour but de tenir les grands barons sous l'oeil du roi. Au japon pré Meji ce système fut en vigueur dès le XVI ème siècle...

      Supprimer
    2. Je voudrais revenir sur le cas de Margaret Thatcher qui elle non plus n'est pas arrivée grâce aux cigogne mais a été élue trois fois de suite par les britanniques puis a été remerciée par les membres de son propre parti.
      Vous n'êtes sans doute pas assez vieux, comme moi, pour avoir connu la Grande Bretagne d'avant Thatcher. En ce qui me concerne je l'ai visitée plusieurs fois et j'ai travaillé avec leurs entreprises. C'était un pays en faillite. Par exemple, Il y avait de longues coupures de courant deux fois par semaine ,si je me souviens bien ,pour économiser l'énergie; Elles était instaurées par le gouvernement travailliste dirigé par Wilson puis par callaghan. Lorsque l'on se promenait dans Londres les traces des bombardements que la ville avait subis étaient encore visibles. Si le chomage n'était pas important c'est uniquement parce que de nombreux emplois étaient de fait subventionnés par le gouvernement étant improductifs pour ne pas dire de complaisance. J'ai retrouvé un climat similaire à Cuba il y a une dizaine d'années. C'était une sorte de socialisme mou qui vivait à crédit. En outre malgré la City, la livre était faible (encore plus qu'aujourd'hui). Il était impossible de continuer ainsi car tout simplement l'état ne pouvait plus payer. D'où les privatisations et les arrêts des industries improductives comme les mines de charbon. Bien sûr de nombreuses personnes se sont retrouvées sans travail mais d'abord pour certains ils ne travaillaient pas beaucoup... L'action de Thatcher a été salutaire pour le pays. Il suffisait de voir l'état du Royaume uni avant... le brexit et le comparer avec les années d'avant Thatcher.! Le malheur de la dame de fer c'est qu'elle n'avait qu'un mantra :la privatisation, alors qu'après son deuxième mandat le pays avait changé grâce à elle mais elle n'a semblé pas s'en apercevoir! D'où son remerciement par les conservateurs et son remplacement par John Major. Mais en définitive c'est Blair qui a recueilli le bénéfice de l'action de la dame de fer avant de dilapider son crédit politique avec la désastreuse aventure irakienne...

      Supprimer