jeudi 5 juillet 2018

street art parisien en juin 2018















Paris, juin 2018

3 commentaires:

  1. Merci pour cette belle série. Les piles de vieux bouquins me font songer à l'état futur de ma propre bibliothèque quand les "héritiers" auront fait appel aux chiffonniers... :-)
    Quand Montherlant questionna Smadja sur ce qu'il ferait, à sa place, de ses antiques, et qui lui fut répondu : "Je les jetterais à la Seine...", on sait ce qu'il en advient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr c'est triste qu'une bibliothèque soit démantelée mais en même temps je crois qu'il est très rare que les livres soient détruits, alors pour la plupart, il trouveront place dans une autre bibliothèque, qui à son tour...
      Je suis grand acheteur de livres (hélas) et parfois de livres de deuxième main (ou de xième) et je ne fais aucune discrimination entre ceux-ci et ceux qui sortent juste de l'imprimerie.
      Ce cher Henry a bien fait de ne pas suivre cette idée stupide et égoiste.

      Supprimer
  2. Belle série en effet ! Dont ces photos lumineuses, aux vieux livres ficelés accompagnés d’un "objet d’art" insolite… mais comme Bruno je ne peux m’empêcher d’être inquiète. Je crains moi aussi pour les bibliothèques un mauvais sort quand elles sont dispersées, abandonnées aux héritiers ignares dont je fus, et aux brocanteurs ... Ici bien que méchamment ficelés et bradés par paquets, ces pauvres livres semblent quand même sous la protection d’objets magiques qui ont bravé le temps : une main géante énigmatique, et un disque Bi chinois qui représente entre autres l’éternité ( je l’apprends, en identifiant cet objet rond-troué que je ne connaissais pas )

    RépondreSupprimer