lundi 31 juillet 2017

une fresque de Jean Cocteau à Londres


une fresque de Jean Cocteau à Londres
L'histoire de Notre Dame de France à Londres, proche de Soho n'est pas banale pas plus que le bâtiment puisque l'interieur est circulaire.
1861. Le Cardinal Wiseman, Archevêque de Westminster, choisit les Maristes pour fonder un centre religieux pour les Français de Londres. Le père Charles Faure se charge du projet.
25 mars 1865. Le père Charles Faure achète un bâtiment circulaire sur Leicester Square, le “Panorama” de Burford, ancêtre du cinéma, attraction touristique depuis la fin du XVIIIème siècle.
1865. L’architecte français, Louis Auguste Boileau, pionnier des constructions en fer, transforme la rotonde en église toute en fer- d’où la forme circulaire de l’église actuelle.
11 juin 1868. Inauguration de la nouvelle église, première à être construite en fer à Londres. Les dépendances de l’église servent à un hôpital, un orphelinat, et à deux écoles tenus par les Soeurs de Saint Vincent de Paul. Succès et essor immédiat.

2ème période: bombardement et reconstruction (1940-1955)
6 novembre 1940. Deux bombes tombent sur l’église pendant “la bataille d’Angleterre”. Uniquement dégâts matériels.
23 novembre 1941. Église réouverte au culte après de très importantes réparations, dirigées par le supérieur, le père Laurent.
Septembre 1948. Reconstruction de l’église autorisée. Initiative du nouveau supérieur, le père Deguerry. Soutien de l’ambassadeur de France Jean Chauvel, de l’attaché culturel René Varin et du premier ministre britannique, Anthony Eden.
31 mai 1953. Maurice Schumann, secrétaire d’État aux Affaires Étrangères, scelle la première Pierre de construction de l’église. Elle provient de la cathédrale de Chartres. Hector Corfiato, architecte anglais diplômé des Beaux Arts de Paris, est en charge du projet.
6 octobre 1955. Inauguration officielle présidée par l’Archevêque de Paris, le Cardinal Feltin. La nouvelle église doit être décorée.

3ème période: décoration de l’église (1953-1960)
René Varin veut faire un lieu de culte “qui honorerait la France”. Il fait appel à des artistes éminents principalement à Jean Cocteau.

une fresque de Jean Cocteau à Londres
une fresque de Jean Cocteau à Londres
une fresque de Jean Cocteau à Londres
une fresque de Jean Cocteau à Londres
une fresque de Jean Cocteau à Londres
une fresque de Jean Cocteau à Londres
immédiatement ci-dessus l'autel et la tapisserie l'ornant, novembre 2014, Londres
immédiatement ci-dessus l'autel et la tapisserie l'ornant, novembre 2014, Londres
immédiatement ci-dessus l'autel et la tapisserie l'ornant, novembre 2014, Londres

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire