samedi 6 octobre 2018

Joseph Blanc









2 commentaires:

  1. Votre récente "visite au Panthéon" présentait aussi de belles choses de ce même peintre, que je découvre avec intérêt. Je lis qu'il a obtenu en 1867 un 1er prix de Rome avec "Le meurtre de laïus par Oeudipe" ( l’année précédente, il n’avait eu qu’un 2ème accessit pour "Thétis apporte à Achille les armes forgées par Vulcain" … il a bien fait d’insister ! ) Je comprends maintenant l’origine précise de votre commentaire amusé sur l’artiste qui "au lever le bonnet de nuit sur la tête, enfilant ses charentaises se disait , ce matin j’attaque le meurtre de Laïus …" Et il faut de plus l’imaginer enfermé pendant 72 jours pour cette dernière épreuve, à l'intérieur de l'école dans des pièces séparées ou "loges", sans pouvoir communiquer avec ses 9 autres concurrents – ce qui n’empêche pas le bonnet de nuit et les charentaises !

    Le "Jeune fauconnier" du Salon de 1867 est d’un style un peu différent pour être de la même année, mais il est aussi très bien dans son genre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne sortaient vraiment pas de l'école ces prétendants à un séjour à Rome aux frais de la princesse. L'hygiène de nos artistes devait laisser à désirer car les douches devaient être rares dans la vénérable institution.

      Supprimer