lundi 5 novembre 2018

Eblouissante Venise au Grand Palais (1)

Guardi


Guardi











Sublime exposition mais il est difficile de rater l'exercice lorsque l'on a pour thème Venise.
Le parcours est très intelligemment fait. On commence par une salle qui plante le décor avec des magnifiques vues de Venise par Guardi, Canaletto et quelques autres pour continuer par plusieurs espaces qui illustrent la vie artistique dans la sérénissime pour terminer par la présentation d'oeuvres de vénitiens faites à l'étranger lorsque les artistes de la ville on été contraints à chercher des commanditaires ailleurs en raison de la crise économique qui y sévissait à la fin du XVIII ème siècle.
L'un des seuls reproches que l'on pourrait faire à cette exposition est qu'elle est trop riche et qu'ainsi la réflexion se disperse un peu. Une exposition sur le seul Tiepolo qui est l'incontestable vedette de la deuxième partie du parcours aurait suffit à mon bonheur.
La scénographie de Macha Makeieff, que je n'attendais pas dans un tel rôle est belle et raffinée peut être un peu trop ostentatoire par moment. L'éclairage des toile et leur accrochage sont parfaits.  



































Le théâtre de marionnettes était un divertissement apprécié dans le Venise du XVIII ème siècle




























Giulia Lama (1681-1747), le martyre de saint Jean l'évangéliste




Paris, novembre 2018























5 commentaires:

  1. Followup: Just in case you are interested, LustSpiel also has a Venice exhibition, not quite the high culture of the Grand Palais, more LustSpiel, but give it a try:

    https://lusstspiel.blogspot.com/2018/09/lustspiel-festival-20-venice-dada.html

    Ciao

    RépondreSupprimer
  2. J’ai moi aussi beaucoup aimé cette exposition du Grand Palais. Je regarde avec d’autant plus d’intérêt vos cadrages de détails, très réussis … et aussi ces supports de statues joliment baroques, et le St Jean de la talentueuse Giulia Lama ( une découverte que cette dame peintre brodeuse et poète, l’abbé Conti me semble bien sévère au sujet de sa "laideur" … )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son portraitiste a sans doute flatté Giulia Lama car en effet sur cette peinture, elle est loin d'être laide.

      Supprimer