mercredi 7 novembre 2018

Jupiter embrassant Ganymède , faux antique par Anton Raphael Mengs et Giovanni Casanova (vers 1758)




La fabrication d'antiquités était une pratique courante dans l'histoire moderne. Il était souvent dirigé par des artistes et des marchands peu scrupuleux qui cherchaient à duper des touristes et des collectionneurs crédules. Ce faux notoire du XVIIIe siècle a toutefois été créé comme une farce plutôt que dans un but lucratif. 
En 1760, cette fresque de Jupiter embrassant son porte-coupe Ganymède aurait été «redécouverte» dans une ancienne villa aux abords de Rome.L'historien de l'art et antiquaire allemand Johann Joachim Winckelmann a été informé de l'existence de la fresque par l'intermédiaire de son ami Giovanni Casanova, peintre vénitien et illustrateur du livre de Winckelmann sur l'art ancien. Winckelmann aurait trouvé la fresque si séduisante qu’il a non seulement accepté la fresque comme étant authentique, mais l’a incluse dans son livre sur l’art ancien. Il écrit sur cette pièce des éloges dithyrambiques la voyant comme une fresque des plus merveilleuses et magnifiquement exécutée.
Le favori de Jupiter [Ganymède] est sans aucun doute l'une des plus belles figures de l'Antiquité à avoir survécu, et je ne trouve rien à comparer avec son visage; tellement de sensualité en émane que toute sa vie ne semble être qu'un baiser.
Peu de temps après la publication, Winckelmann a commencé à soupçonner qu'il avait été trompé. Furieux et humilié, il a qualifié Casanova de scélérat qui cherchait à ruiner sa réputation d’expert de l’art. Winckelmann n'a jamais appris que Casanova avait collaboré avec leur ami commun, Anton Raphael Mengs, pour créer la fresque. Mengs lui-même a avoué être le créateur du tristement célèbre faux sur son lit de mort en 1786.
Les historiens de l'art se demandent si la blague avait une intention malveillante. Winckelmann était ouvertement homosexuel et était extrêmement enthousiaste à l'idée de trouver des exemples de scènes homoérotiques dans l'art ancien, un fait que Mengs aurait reconnu en tant qu'ami proche. D'autres ont soutenu que Mengs avait créé la pièce à titre d'expérience pour démontrer sa conviction que les Romains avaient peint avec la technique de Buon Fresco .
Bien que trompé par ce faux, Winckelmann est reconnu comme l’un des fondateurs de l’archéologie scientifique et de l’histoire de l’art. Il fut également l'un des premiers à articuler la différence entre l'art grec, greco-romain et romain.
Jupiter Kissing Ganymede est exposé à la Galerie nationale d'art antique de Rome. 

1 commentaire:

  1. Voilà qui me remémore fort agréablement cette savoureuse histoire... Je me souviens maintenant qu’elle était brièvement exposée dans un intéressant documentaire sur Winkelmann, vu sur Arte y a quelques temps. Je ne le retrouve plus maintenant qu’en allemand :

    https://www.youtube.com/watch?v=dbizRLZcUYk

    RépondreSupprimer