samedi 9 février 2019

Michael Jackson au Grand Palais

Kehinde Wiley, Portrait équestre du roi Philippe II (Michael Jackson) d'après Rubens 2010





Donald Urquhart, a Michael Jackson alphabet 2017


Lorsque l'on sort de cette atypique exposition, on se demande où est l'urgence et la pertinence de monter une telle manifestation en particulier au Grand Palais. Car si cette exposition était, dans sa forme, pertinente à la National Portrait Gallery de Londres d'où elle vient, elle parait déplacée ici.
Elle se compose essentiellement de représentation de Michael Jackson par des artistes, peintres et photographe, pour la plupart connus et de quelques installations vidéos d'intérêt inégal que vous ne verrez pas dans ce billet n'étant guère photogéniques.
En exagérant un peu, quelqu'un qui ne connaitrait pas Michael Jackson mettrait un certain temps à comprendre que c'était un chanteur car mis à part les vidéo d'artistes qui revisitent le répertoire de l'artiste d'ailleurs les deux plus intéressantes sont celles dans laquelle il n'apparait pas, il n'y a qu'une retransmission et encore très partielle d'un de ses concerts, celui de Bucarest.
La bonne idée aurait été de se servir de l'exposition de la National Portrait Gallery comme base et lui adjoindre de écrans diffusant des clips, des vitrines exposant ses costumes de scène, les objet et les oeuvres d'art qui l'entouraient au quotidien... En somme de faire une exposition aussi extraordinaire que celle sur Bowie présentée il y a quelques mois à "La cité de la musique" et qui venait elle aussi de Londres, du Royal Albert Museum.
Encore plus gênant si l'on reste dans l'optique restreinte de cette exposition l'impasse presque complète faite sur les transformations physique du chanteur tout au long de sa carrière car s'il y a bien quelqu'un qui a expérimenté le body art, peut être en parti à son corps défendant c'est bien Michael Jackson!
Assez gênant aussi l'absence de la très célèbre sculpture de Jeff Koons représentant Michael Jackson et son chimpanzé de compagnie. Il n'aurait pas été superflu de nous montrer l'hommage de Pierre et Gilles à Michael Jackson...      




Andy Warhol


Keith Haring

Michael Jackson par Graham Hill 




David LaChapelle


Pochette de l'album «Dangerous» de Michael Jackson par Mark Ryden, The King of Pop, 




Paul McCarthy


Grayson Perry

hommage de Pierre et Gilles à Michael Jackson, 2017
(ce n'est pas dans l'exposition)

cette sculpture de Jeff Koons n'est pas au Grand Palais, je l'ai photographiée en janvier 2015 au Centre Pompidou
Paris février 2019



2 commentaires:

  1. N’étant pas fan de Mickaël Jackson, je ne me suis pas laissée tenter par cette exposition . Mais je vois que j’ai peut-être eu tort … d’après votre beau billet la quantité d’oeuvres de qualité est tout de même remarquable ( et j’ai plaisir à reconnaître un Grayson Perry, maintenant que je le connais un peu grâce à vous )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez rien à regretter. On aurait tellement pu faire mieux sur le sujet à l'exemple de l'expo Bowie qui elle était remarquable.

      Supprimer